Marcel Pagnol
collège
PERTUIS
 

Filles et garçons en société : resemblances ou différences ?

lundi 16 janvier 2017, par Mme DELACOU

Entre le 8 novembre et le 3 janvier, les élèves de 5e3 ont été initiés à l’anthropologie par deux anthropologues, Maëlle Calandra et Mélissa Nayral. Ils ont travaillé avec beaucoup d’entrain sur les stéréotypes filles / garçons en menant des observations sur le terrain, en interrogeant des élèves et des adultes. Voici le résultat de leur travail et la conclusion de nos deux intervenantes.

Synthèse de l’atelier d’initiation à l’anthropologie par Maëlle Calandra & Mélissa Nayral

« Filles et garçons en société : différences ou ressemblances ? »

Le travail mené tout au long de l’atelier (en classe et durant les travaux en groupe) intitulé : « Filles et garçons en société : différences ou ressemblances ? », a permis de mettre en évidence plusieurs éléments d’analyses.

De manière générale, les observations conduites au sein du collège (cours de sports et espaces communs), mais aussi à l’extérieur (rayon jouets d’une grande surface et commerces de la ville) ont révélé qu’il existait dans les pratiques observées des différences notables entre filles et garçons en terme d’occupation de l’espace et d’activités. Pourtant, élèves comme adultes se disent favorables à la mixité. Dans ces lieux, plusieurs pratiques sont particulièrement genrées, c’est-à-dire considérées par la société comme étant des pratiques de filles ou de garçons. Progressivement, le terme de stéréotype s’est donc trouvé au centre de nos petites enquêtes de terrain.

Les stéréotypes sont :

  • des images mentales
  • figées
  • partagées (et donc collectives)
  • construites
  • qui façonnent et/ou émanent (d’) un regard sur autrui
  • et donc induisent des comportements

Les stéréotypes, ou représentations sociales standardisées, placent de manières rigide et persistante les individus et les groupes humains dans des catégories. Ils permettent une lecture simplifiée, parfois schématique, de la réalité. C’est pourquoi les stéréotypes facilitent la compréhension de la vie en société. Il s’agit là de l’une des raisons pour lesquelles tout le monde est à la fois auteur et victime de stéréotypes.

Ce mode de raisonnement par stéréotypes accentue les ressemblances au sein du groupe. Il accentue en même temps les différences entre le groupe social concerné et les autres. Ce faisant, il permet d’éviter d’argumenter ou de produire des discours critiques. C’est ainsi que les stéréotypes qui se réfèrent aux caractéristiques ethniques ou culturelles alimentent souvent, sinon favorisent, des attitudes discriminatoires qui sont souvent à l’origine du racisme ou de la xénophobie.

Identifier certains stéréotypes, et plus encore se rendre compte de leur influence sur notre manière de penser « l’Autre », permet d’éviter les raisonnements simplistes qui appauvrissent et peuvent déformer la réalité et ainsi entraîner des conduites inappropriées vis-à-vis de l’individu ou du groupe en question.

Dans la mesure où les stéréotypes sont des constructions sociales, leur étude permet de mieux comprendre les interactions sociales qu’ils induisent et ainsi favoriser le vivre-ensemble.

Portfolio

 
collège Marcel Pagnol – rue Bonnemaison - 84120 PERTUIS – Responsable de publication : Mme MATZ BERARD
Dernière mise à jour : samedi 8 juillet 2017 – Tous droits réservés © 2008-2017, Académie d'Aix-Marseille